Préparer son entretien

publié par Valérie Hardouin - Directrice Temporis Canada

Ça y est ! Vous avez décroché un entretien d'embauche. Une première étape importante a été franchie, mais le chemin à parcourir demande encore du travail ! Pour vous donner toutes les chances de réussite, une bonne préparation s'impose. Dans cet article, nous tâcherons de vous accompagner dans la préparation de vos entretiens d'embauche. Vous y trouverez des conseils et des techniques pour faire un entretien efficace.

Prêt à optimiser vos rencontres professionnelles ?

 

PRÉPARER SON ENTRETIEN

Pour réussir vos entretiens, vous devez vous préparer comme un sportif se préparerait à une compétition. Cette préparation doit commencer par l’analyse et l’étude de votre interlocuteur. Déterminez si ce dernier travaille pour un cabinet de recrutement, fait partie du service RH d'un grand groupe ou s’il recrute pour sa propre petite entreprise.

Les réseaux sociaux professionnels vous apporteront de nombreuses réponses et pourront même dégager des points communs, qui vous rapprocheront durant l'entretien. De plus, consulter sa photo vous aidera à mettre un visage sur un nom et à visualiser les premiers instants de votre future rencontre.

Tout comme pour la réalisation de votre CV, si vous répondez à une offre d’emploi, vous y retrouverez des informations précieuses sur le poste, les missions et le profil recherché. Analysez l'annonce ce qui vous permettra d'affiner votre manière d'aborder l'entretien, de vous présenter et de répondre aux questions, en vous adaptant à ce qui peut être attendu.

Par exemple, si vous constatez que l'entreprise recherche une personne autonome, capable de fonctionner en télétravail, vous n'aurez pas intérêt à mettre en avant votre goût pour l'open-space et le travail en équipe.

 

LA FORME D’UN ENTRETIEN

 

Qu'il soit en face à face ou à distance, un entretien individuel peut prendre différentes formes : il peut être directif, non directif, mais aussi semi-directif.

Dans le cas d'un entretien directif, le recruteur s'appuie sur une grille de questions préparée à l'avance, et qui va lui permettre de déterminer si vous êtes réellement le bon candidat. Cet entretien a l'avantage d'être très structuré. Vous êtes guidé par les questions du recruteur, auxquelles il vous suffit de répondre correctement. Vous pouvez, en revanche, vous sentir frustré de ne pas pouvoir prendre librement la parole sur un sujet qui vous paraît important, notamment pour prouver la pertinence de votre candidature. Mais la règle est claire, le recruteur pose des questions et vous vous devez uniquement y répondre.

En ce qui concerne un entretien non-directif, il commence généralement par une question du recruteur : « Parlez-moi de vous, je vous écoute ». Le recruteur vous laisse la parole, vous demande de vous présenter et de lui expliquer en quoi vous correspondez au profil qu'il recherche, et pourquoi il devrait vous choisir plutôt qu’un autre candidat.

Vous devez alors mener l'entretien car il n'y a pas de questions pour vous guider. Il faut donc structurer très précisément votre présentation :

  • Débutez par une introduction brève de vous-même, en présentant votre profil et vos compétences, et ainsi marquer l’esprit du recruteur auquel vous faites face.
  • Continuez en présentant vos expériences, en privilégiant celles en adéquation avec le poste visé, pour montrer au recruteur que vous avez compris le poste et ses attentes.
  • Parlez également de vos compétences, mais uniquement de celles qui sont utiles pour le poste en question. N'oubliez pas de les contextualiser en citant des exemples où vous les avez utilisées, pour les rendre plus crédibles.
  • Parlez de votre intérêt pour le poste et l'entreprise, et de votre projet professionnel au sein de cette entreprise. Vous devez montrer que vous vous y projetez. Un recrutement prend du temps, coûte de l'argent, le recruteur sera rassuré de savoir que ce n'est pas une simple étape pour vous et qu'il peut compter sur vous sur le long terme.

Enfin, l'entretien peut également être semi-directif. Le recruteur vous pose une série de questions préparées à l'avance et vous permet ensuite de développer un point de votre choix. Profitez de ce moment pour parler d'une expérience professionnelle dont vous êtes fier, et qui illustre l’adéquation entre votre profil et le poste visé.

Quelle que soit sa forme, si votre entretien individuel a lieu à distance, par téléphone, vous devez absolument être dans un endroit calme où personne ne viendra vous interrompre ni vous déranger, avec sous les yeux votre CV, votre lettre de motivation, l'offre à laquelle vous avez répondu et vos notes de préparation. S'il a lieu par vidéoconférence, vous devez respecter les mêmes consignes qu'en présentiel. Habillez-vous en tenue professionnelle et choisissez un cadre neutre, asseyez-vous à une table, en veillant au fond : un mur neutre, sans décoration.

Et si votre entretien a lieu face à plusieurs personnes ?

L’entretien en face à face a généralement lieu avec trois personnes qui occupent des fonctions différentes au sein de l'entreprise : un membre du service des ressources humaines, un responsable de service et votre potentiel N+1.

Ces derniers ont un objectif commun : recruter le meilleur candidat. Ils ont également tous des attentes distinctes qu'ils vont chercher à vérifier au cours de l'entretien. L’important est que quelle que soit la personne qui vous pose la question, l'attitude, le ton ou la forme des questions qui vous sont posées, vous devez rester calme et souriant et vous adressez à l'ensemble des personnes présentes.

 

PRATIQUER LA COMMUNICATION POSITIVE

C'est bien connu, le Français est un peu ronchon et souvent négatif. Dans sa communication au quotidien, il va, sans s'en apercevoir, utiliser des tournures négatives, et ce, y compris pour exprimer des sentiments positifs. En modifiant certains tics de langage, vous pourriez vous distinguer, et marquer des points en rayonnant davantage. Les recruteurs français sont habitués à ces tournures de phrase, ce n’est en revanche pas le cas des recruteurs canadiens.

Dans cette même optique, le vocabulaire que vous utiliserez n’est pas anodin. Consciemment ou inconsciemment, votre interlocuteur y sera sensible. Une bonne pratique peut donc être de vous entrainer à tourner vos phrases en favorisant les mots forts engageants et positifs, comme « bon, bien, toujours, très ».

En adoptant une attitude positive tout au long de l’entretien, il sera plus facile pour votre interlocuteur de vous imaginer évoluer dans l’entreprise, ce qui favorisera certainement sa prise de décision. De même, il sera sans doute moins tenté de vous poser une question dérangeante sur votre comportement, ou vos anciennes expériences. 

 

INSTALLER ET MAINTENIR LA RELATION

Votre posture, votre manière de vous comporter et de respecter les codes nécessaires à une bonne relation interpersonnelle vont vous aider à faire bonne impression, et cela commence dès votre arrivée. Attendez par exemple que l'on vous invite à vous asseoir avant de la faire.

Il faut garder une attitude dynamique tout au long de l'entretien, même en étant assis. Le meilleur moyen de garder une position dynamique est de ne pas prendre appui sur le dossier de la chaise et de rester droit. Restez, quoi qu'il arrive, souriant et gardez le contact visuel avec votre interlocuteur tout au long de l'entretien. Même si vous êtes un peu timide ou impressionné, n'ayez pas le regard fuyant, cela pourrait être interprété comme un manque d'assurance ou de sincérité.

 

PRATIQUER L’ÉCOUTE ACTIVE

Pratiquer l'écoute active, c'est tout d’abord être capable d'utiliser le questionnement, de garder le silence au bon moment et de reformuler.

N'hésitez pas à poser des questions ! C'est un moyen de montrer votre dynamisme, votre intérêt et votre curiosité. C'est également un moyen d'obtenir des informations qui vous aideront à comprendre les attentes du recruteur, et les particularités du poste. Votre but est d'obtenir le plus d'informations possible et pour cela, évitez les questions fermées, celles auxquelles on ne peut répondre que par « oui » ou par « non ».

 

RÉDIGER UN COURRIEL DE REMERCIEMENTS ET SUIVRE SA CANDIDATURE

Après un entretien, il est de bon ton d'adresser un courriel de remerciements à la personne qui vous a reçu en entretien. Pensez à la remercier pour le temps qu'elle vous a accordé, puis reformuler les points essentiels en confirmant votre intérêt pour le poste. Peu de personnes pensent ou osent le faire. En adoptant ce réflexe, vous marquerez des points et laisserez une bonne image au recruteur.

Ce courriel est une première étape de votre suivi, n’attendez pas indéfiniment une réponse qui ne viendrait pas. À la fin de l'entretien, pensez à demander quel sera le délai de réponse. Passé ce délai, et sans nouvelles du recruteur, il est de votre responsabilité de reprendre contact pour savoir où en est le processus de recrutement. C'est encore un moyen de montrer votre détermination et votre motivation. Vous pouvez faire cette relance par courriel, ou par téléphone. En cas de réponse négative, et sans information expliquant le refus de votre candidature, vous pouvez demander des explications afin de pouvoir faire évoluer vos démarches.

 

Pour finir, retenez que vous devez rester fidèle à vous-même, ne tentez pas de paraitre pour un autre ou d’inventer des expériences, généralement cela se ressentira si votre histoire ne semble pas naturelle, le recruteur sera même tenté de creuser pour connaitre la vérité. Soyez vous-même et restez positif du début à la fin, vous n’aurez aucun regret.

 

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin
Fermer

VOUS N'AVEZ PAS DE STRUCTURE AU CANADA ET VOUS SOUHAITEZ Y EMBAUCHER UN SALARIÉ ?