Bilans d’évènement  •  Comité  •  Evènement exceptionnel Aéronautique - Aérospatiale  •  Chimie - Biotechnologies  •  Energies renouvelables - Développement durable - Environnement  •  Finance - Assurance - Banque  •  Industrie  •  T.I.C. - Informatique

Retour sur... Sommet France-Québec sur le Quantique

Deux journées riches en conférences, discussions, rencontres. Nous sommes engagés à initier les sujets stratégiques de demain tels que le quantique.

Dans la continuité de notre volonté d’engager les sujets stratégiques de demain, la CCI française au Canada est fière d'avoir organisé le Premier Sommet France-Québec sur le Quantique, les 20 et 21 janvier 2022, en collaboration avec Québec Quantique. Nous avons réuni les maillons de la chaîne de la recherche et développement de l’écosystème quantique franco-québécois. À travers ce Sommet, l'ambition principale était d'initier les échanges entre la France et le Québec au sujet du quantique et de renforcer les coopérations entre les deux territoires dans ce domaine.

Nous remercions sincèrement l’ensemble des participants pour leur présence à ce Sommet. Près de 200 personnes ont répondu présentes : quelle réussite !

La plateforme de l’événement a permis les connections entre les différents participants, et ce malgré les restrictions sanitaires. 168 personnes sont entrées en contact grâce à notre outil de mise en relation, et une vingtaine de rendez-vous en B to B se sont tenus.

Nous adressons des remerciements particuliers aux intervenants et intervenantes qui nous ont livré des conférences de haut niveau et nous ont permis d’en apprendre plus aux sujets des défis de demain liés aux technologies quantiques.

Sans oublier, un immense merci à nos partenaires : 

  • Consulat Général de France à Québec
  • Fasken
  • Investissement Québec
  • Ministère de l'Économie et de l'Innovation du Québec 

La coopération quantique franco-québécoise n’en est qu’à ses débuts ! Nous vous donnons rendez-vous dès à présent aux prochains événements : au printemps 2022, un hackathon international sur le quantique sera organisé de part et d’autre de l’Atlantique, en France et au Québec. Québec Quantique prépare également une mission de valorisation en France au mois de juin.

Une rediffusion des conférences est accessible ci-dessous pour nos membres en vous connectant à votre espace membre. 

Un retour rapide sur les interventions…

Le quantique confirme la volonté de la France et du Québec d’entretenir des relations privilégiées tant culturelles, scientifiques qu’économiques. La science et les technologies quantiques suscitent des perspectives communes. Comme exprimé par M. Pierre Fitzgibbon, Ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec, dans le cadre de l’ouverture du Sommet, la perspective de la zone d’innovation de Sherbrooke sera une force pour la région pour attirer des entreprises québécoises, françaises et internationales. Un sentiment partagé par Frédéric Sanchez, Consul Général de France à Québec affirmant que le partage d’expertises en recherche, en innovation et en développement permettra la mise en place de projets d’investissements favorisant l’innovation et l’avantage concurrentiel mondial.

Jean François Bobier (BCG) nous a présenté un tour d’horizon des applications du quantique dans le monde réel. Il a notamment développé sur le fort intérêt des technologies en faveur de la lutte contre le changement climatique. Selon lui « l’informatique quantique est une force » : en effet, il est prévu que dans les années à venir le quantique touchera l’ensemble des industries.

 

Depuis un an, la France a mis en place sa stratégie nationale quantique. Les ambitions nationales sont de continuer le développement des industries en place et d’accompagner celui en faveur des nouvelles technologies. Selon Neil Abroug, Responsable de la Stratégie nationale quantique française au Secrétariat général pour l'investissement, l’impact économique est considérable ! Voici les actions concrètes déjà en place :

  • L’introduction de programmes de recherche et de renouvellement des équipements en septembre 2021 dans le secteur des qbit solides, des atomes froids, de l’optimisation des algorithmes et des communications.
  • La création d’une nouvelle plateforme début janvier 2022 intégrant les compétences quantiques françaises, européennes et internationales ayant pour enjeu d’articuler les processeurs quantiques avec les supercalculateurs actuels.

La France souhaite travailler globalement, main dans la main, avec les laboratoires, les chercheurs et les industries.

Dans cette ligne, l’ambition est de créer des programmes académiques communs, sensibiliser à ces nouveaux paradigmes et engager des appels à intérêt auprès des différents écosystèmes et capitaliser de manière collégiale.

Marco Blouin, Directeur général de la Direction générale de la Science et de l'Innovation (MEI), acquiesce la position française de l’importance de la recherche et du développement industriel couplé au transfert de technologies. Selon lui, nous devons connaître une adoption massive des technologies quantiques de calibre mondial à l’aune de 2030, en fabrication, commercialisation et utilisation. Le Québec s’engage à aider le développement du secteur à travers le financement de 26 appels à projets et l’aide à la création de l’Institut Quantique - Espace IBM Q.

 

Dans le cadre de la conférence animée par Hubert Bolduc, Président d’Investissement Québec, Valérie Milone CEO Atos Canada et Arnaud Bertrand Vice-président senior du groupe et responsable de la stratégie et de l'innovation de BDS chez Atos, nous ont présenté la stratégie d’ATOS, leader en cyber sécurité et en IA, dans son développement et ses ambitions au Québec. Le quantique est selon eux une solution pour améliorer ce qui est déjà optimisé. M. Bertrand a appuyé l’intérêt des technologies dans la décarbonation des datas centers par la baisse de consommation d’énergie permise par les algorithmes quantiques. Le Québec est selon ATOS une terre riche dans ce domaine pour assurer cette évolution. La province dispose de ressources compétentes en quantique et en TI : ce qui est souvent très rare d’attacher les deux. Davantage, les financements des entreprises y sont intéressants. À terme, l’implantation d’un simulateur quantique au Québec ferait du sens pour permettre la formation universitaire et des équipes d’ATOS en Amérique du Nord.

 

Alexandre Abecassis, agent de brevets et associé et Jean-Nicolas Delage, Co-directeur et membre du groupe de pratique Technologies émergentes et startups (bureau de Montréal) chez Fasken, nous ont livré la perspective juridique et les enjeux stratégiques liés aux technologies quantiques à travers les dépôts de brevets en soulevant les avantages et les inconvénients. La difficulté actuelle en quantique est de prévoir un cadre juridique pour protéger des avancées n’étant pas encore brevetables. Dans une vision à long terme et en considérant le bouleversement au niveau mondial permis par les nouvelles technologies, les brevets sont, de leur point de vue, nécessaires.  

 

Philippe Molaret, directeur technique pour Thales, Dominic Marchand, chef de la recherche et des partenariats chez l’entreprise canadienne, 1Qbit, Georges-Olivier Reymond, Président de Pasqal et Patrick Jeandroz, chef pour l’expertise en science des données et calcul haute performance pour Hydro-Québec, nous ont livré une conférence passionnante au sujet de l’application des technologies quantiques au monde réel du point de vue des industries 

Ceux-ci se sont accordés à dire que la puissance du calcul quantique permettant une réduction considérable de consommation d’énergie est vue comme LA technologie clé du futur. Un avantage indéniable pour décarbonner l’industrie. Toutefois, bien que le secteur connaisse un développement rapide et prometteur, il ne s’agit pas encore du premier choix des industries… Pour eux, l’objectif est  de se positionner le plus tôt possible pour faire face à la concurrence croissante mondiale.

« Main à la nouvelle génération et aux start ups » comme l’exprimait Philippe Molaret

 

Après avoir défini les stratégies mises en place par les gouvernements et les entreprises lors de la première matinée. La deuxième demi-journée était consacrée aux actions concrètes déjà en place au sein des différents secteurs : universités, financements publics et privés ainsi qu’au sein des start ups françaises et québécoises.

 

L’ambition pour Johanna Michielin, CEO de CNRS Innovation et Vincent Aimez, VP des partenariats et du transfert de connaissance à l’Université de Sherbrooke, est de construire un accompagnement personnalisé pour chaque projet émergent. Les deux entités ont pour vocation de travailler en commun afin de coordonner les écosystèmes et de développer des partenariats sur le long terme. Ce maintien de synergies établies par le CNRS Innovation avec l’Université de Sherbrooke est primordial pour accéder à l’écosystème nord-américain et européen. Il sera, par exemple, possible pour les start ups québécoises de bénéficier des dispositifs d’accompagnement européen. Les deux intervenants ont appuyé le poids de la recherche privée et publique dans le développement du secteur et de l’accès des industries au monde académique local. Les partenariats des deux côtés de l’atlantique permettent des transferts de technologies et de connaissances indéniables.

 

Georges-Olivier Reymond, CEO de Pasqal, nous a détaillé les avantages du Québec comme écosystème favorable au développement. Pasqal est une start up française de pointe en technologies quantique qui mise sur la technologie des atomes neutres. Voici un tour d’horizon des avantages ciblés au Québec :

  • Un environnement académique fort par le développement de partenariats, d’initiatives universitaires et une implication certaine des acteurs des industries locales pour développer des solutions innovantes.
  • Une facilité à investir et disposer de financements pour assurer l’utilisation et la création de technologies plus performantes.
  • La mise à disposition d’outils pour produire des ordinateurs quantiques en Amérique du Nord

 

Un temps a ensuite été consacré à la présentation des financements publics et privés.

Marie-Pierre Ippersiel, Présidente et directrice générale de Prima Québec, a détaillé les investissements publics en place. Plus de 5,2 M$ ont été investis pour soutenir 26 projets d'innovation en technologies quantiques au Québec pour des start ups, PME et projets collaboratifs.

Au cœur d’un panel animé par Olivier Gagnon-Gordillo pour Québec Quantique avec Christophe Jurcszak de Quantonation, Martin Laforest d’ACET et Charles Lespérance de la BDC, nous avons abordé les financements privés. Ceux-ci se sont accordés à dire que les investissements et la coopération mondiale deviennent essentiels pour ne pas louper le départ de la course vers l’avantage quantique.

 

Enfin, deux pitchs pour les stratup françaises et québecoises ont été organisés. Une belle occasion pour valoriser leurs innovations. Du côté français, 3 startups issues de laboratoires CNRS étaient représentées. Nous étions avec  Marc Kaplan CEO de VeriQloud, Théau Peronnin CEO d’Alice & Bob, Robert Marino CEO chez Qubit Pharmaceuticals et Dhafira Benzeggouta, Responsable du transfert de technologie et des licences chez CNRS Innovation.

Au Québec, ce sont Julien Camirand Lemyre Président et Chef de la direction technologique Nord Quantique, Yoann Jestin PDG de Ki3 Photonics et David Roy-Guay PDG de SB Quantum qui se sont prêtés à l’exercice du pitch lors d'un panel animé par David Nolet Chargé de projet, entrepreneuriat pour Québec Quantique. 

 

 

Conférences de la première journée : démystifier le quantique

Articles sur le même thème

Evénements sur le même thème

Aucun événement ne correspond à votre recherche

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin
Fermer

Centres d'affaires

Vous vous implantez au Canada ?
Découvrez nos solutions d’hébergement flexibles situées en plein coeur du quartier d’affaires de Montréal pour vous implanter de la meilleure des manières !

Fermer

A la recherche de stagiaires et de jeunes diplômés ?