Bilans d’évènement

Retour sur le petit-déjeuner conférence "La Fintech"

Retour sur le petit-déjeuner conférence intitulé La fintech, les écosystèmes français et canadiens, différences, similarités et opportunités d'affaires.

Le mardi 17 septembre a eu lieu dans les locaux de McCarthy Tétrault un petit-déjeuner conférence organisé par la Chambre de commerce et d’industrie française au Canada et McCarthy Tétrault, concernant les différences et similarités des écosystèmes entourant les technologies financières (du point de vue des fintechs comme des institutions financières) en France et au Canada, ainsi que les opportunités d’affaires qui en découlent.

Le panel était composé de :
•    Gwendal Bihan, cofondateur et directeur général, Axionable;
•    Philippe Daoust, vice-président, directeur général, Capital de risque, Banque Nationale du Canada;
•    Mathias Kluba, responsable régional TI des capacités digitales, Société Générale;
•    Dominique Samson, directeur du revenu, Flinks; et
•    Laure Fouin, McCarthy Tétrault, à titre de modératrice.

Le panel a discuté des différents enjeux rencontrés lors de la mise sur pied d’une relation de partenariat entre institution financière et fintechs. Plus particulièrement, les conférenciers ont abordé les distinctions dans l’approche et le développement de cette relation au Québec et au Canada, comparativement à la France. Essentiellement, les intervenants étaient d’avis que la mise en contact entre les institutions financières et les jeunes entreprises peut être plus facile à effectuer ici qu’en France, mais que la conversion (la signature définitive d’une entente entre les deux parties) n’est pas chose faite et qu’il est parfois plus difficile à atteindre cette étape qu’en Europe. Ont aussi été abordé les avantages et désavantages respectifs des approches  réglementaires observées en France et au Canada : alors que les fintechs doivent parfois composer avec un vide ou un flou juridique au Canada, en Europe, des lois et réglementations précises sont souvent déjà en vigueur. Cela a l’avantage de la prévisibilité, mais peut manquer de flexibilité; tandis que la réglementation éventuellement adoptée au Canada bénéficie souvent d’avoir pu observer le développement et l’application des règles en Europe. L’exemple des règles applicables au partage et à la protection des données a notamment été mentionné à cet égard.


Les panélistes se sont également penché sur les thèmes de la volatilité du marché concernant l’attraction et la rétention de talent, autant au Canada qu’en France, en plus de comparer l’implication de la recherche institutionnelle, la richesse des collaborations entre le monde universitaire et le mode des affaires et le support des gouvernements dans l’industrie pour les deux pays.

Articles sur le même thème

Analyses & EtudesPublications

Les Incoterms® 2020

La révision tant attendue des Incoterms® 2020 est sortie le 10 septembre, après plusieurs mois d’anticipation, pendant lesquels plusieurs théories ont...

Bilans d’évènementConférence & Séminaire

Retour sur la certification BCORP

Lundi 7 octobre, nous avons réuni un panel de 4 spécialistes dans la certification BCORP et les démarches RSE : Anie Rouleau (The Unscented Company),...

Evénements sur le même thème

PLUS D'ACTUALITÉS

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

La CCI Française au Canada lance son comité RSE !