RETOUR SUR LE DÉJEUNER-CONFÉRENCE CETA-ALENA

SAE  | 

Hier, L’Honorable Pierre-Marc Johnson, négociateur en chef pour l’AECG (CETA) et M. Raymond Bachand, négociateur en chef pour l’ALENA, nous ont livré un bilan détaillé de ces deux accords qui viennent tout juste d’être signés.

Ils ont notamment soulevé le fait qu’être aujourd’hui canadien ou implanté au Canada est un avantage unique car, grâce aux triples accords les portes des marchés américain, européen et asiatique, soit  à près de 80% du PIB mondial deviennent accessibles.

Pierre-Marc Jonhson a également souligné que les européens, dont la France, n’ont pas perdu un instant pour bénéficier des effets du CETA (+8% de marchandises exportées), là où les canadiens ne sont qu’à +2% d’exportation. Négocié durant huit ans, le CETA signifie que 99 % des biens et services échangés entre le Canada et l'Europe sont maintenant libres de droits de douane. S'il est déjà appliqué depuis plus d'un an, l'accord doit toujours être ratifié par les parlements de nations comme la France, l'Allemagne ou encore l'Italie.

De son côté, Raymond Bachand a donné en exemple la question du lait qui a été à l’origine d’un bras de fer lors de la re-négociation de l’ALENA. Le Québec exporte pour 6 milliards de dollars de produits agricoles aux États-Unis, contre 1 milliard pour ces derniers. Il a donc fallu accepter un compromis avec le lait pour pouvoir maintenir l'accès au marché agricole.

 

Une conférence très dense et enrichissante qui a mis en lumière certains aspects de la négociation et qui a permis d’en savoir plus sur les ratifications en cours.

Pour un peu plus de détails : La presse.ca

© 2018 CCI FRANCAISE AU CANADA