Première journée de la Convention d'Affaires Canada-France 2018 sous le signe de l'Innovation et de l’Intelligence Artificielle !

SAE  | 

Le coup d'envoi de la 6ème édition de la Convention d'Affaires Canada-France a été donné ce lundi 26 mars par l’allocution de Son Excellence Madame Kareen Rispal, Ambassadrice de France au Canada. 

Madame l'Ambassadrice a souligné le fait que la Convention d’Affaires et le concours de Start-Up sont des rendez-vous primordiaux de l’innovation de l’écosystème montréalais. 

En effet, Madame l'Ambassadrice a assuré la volonté du Canada et de la France d’innover dans le secteur de l’Intelligence Artificielle. Elle a d’ailleurs réaffirmé le souhait des deux états de renforcer leur volet économique lié à l’innovation et les nouveaux secteurs de technologies. Cela passe notamment par les nouvelles mesures prises récemment par le gouvernement français, mais aussi grâce aux partenariats conclus suite à la visite en France de l'Honorable Monsieur Philippe Couillard, Premier Ministre Québécois début mars. 

 

« L’Innovation est la clé de notre compétitivité et de notre avenir. Et il existe un immense potentiel de synergie entre les entreprises françaises et canadiennes dans ce domaine. »

- Son Excellence Madame Kareen Rispal, Ambassadrice de France au Canada 

 

Suite à son allocution, s’en est suivie une conférence sur le thème de « L’Intelligence Artificielle : Prochain moteur de l’économie québécoise ? ». La discussion, était animée par

- Mme. Barbara Béliveau Directrice des partenariats canadiens et internationaux pour le Secteur de la science et de l'innovation du ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation.

Le panel était constitué de 

- M. Éric Dequenne, Vice-Président aux affaires internationales, Investissement Québec

- Mme. Véronique Doucet, Directrice, Service du Développement économique, Ville de Montréal

- M. Stéphane Paquet, Vice-Président, Investissements étrangers et Organisations internationales, Montréal International

Ensemble, ils ont partagé leur vision sur ce qui rend Montréal si attractif pour les entreprises internationales.  Tous ont souligné le fait que Montréal est devenue une capitale référente mondiale en terme d’Intelligence Artificielle grâce à une excellente formation et une sensibilisation des jeunes et futures générations, ainsi qu'à son écosystème économique, véritable nid de créations novatrices et ambitieuses. Tous affirment donc le climat montréalais, prometteur et dynamique et encouragent les investissements dans les secteurs de l'innovation et de l'IA.  

La matinée s'est ensuite articulée avec deux ateliers techniques. Le premier avait pour thème : « Technopolys, un levier de croissance pour votre entreprise à l’internationale ».L’atelier fût modéré par

- Mme. Lidia Divry, Présidente-directrice générale, TechnoMontréal 

Animé par

- Mme. Isabelle Bettez. , ambassadrice de Technopolys et présidente et chef de la direction de 8D Technologies

- M. Steve Desjarlais, président-cofondateur de Heyday

- M. Kevin Sauvageau, directeur, développement des affaires chez Stay22

- M. Christian Wopperer, VP Sales Intelligence au CEIM (partenaire fondateur de Technopolys).

Durant cette activité, les participants ont pu découvrir Technopolys, le mouvement de promotion de l’industrie des technologies du Québec. Cette initiative est promue par de nombreuses entreprises, universités, centres de recherche, et associations du secteur des technologies de l’information et des communications, réunis au sein du chantier Promotion Industrie du Québec.  

Le second atelier s’articulait autour du thème : « Le Droit du Numérique et des technologies avancées », modéré par

- M. Guy CharretteAvocat Conseil au cabinet d'avocats Dunton Rainville

Animé par

- M. Vincent GautraisProfesseur titulaire à la Faculté de droit de l'Université de Montréal et directeur du Centre de Recherche en Droit Public (CRDP)

- M. Jonathan Hamel Président et Fondateur d'Académie Bitcoin

- Mme. Edith Hitt, Directrice du bureau de Montréal du cabinet Chappuis Halder

- M. François MichaudPrésident Oriso et CEO de Mining Buster

- M. Michel Jr. LebeufAssocié au cabinet d'avocats Dunton Rainville.

Les participants ont appris plus en détail l’importance et la complexité du droit dans l'ensemble des domaines de la technologie, enjeu complexe et en constante mouvance avec le progrès. De plus, les récentes modifications des lois européennes sur la protection des données impactera de nombreux secteurs tels que les secteurs financier et banquier, qui devront donc s’adapter à ce nouveau paysage juridique souvent méconnu et synonyme de méfiance.

La première journée de la Convention d’Affaires Canada-France s'est poursuivie avec un Déjeuner-Conférence sur le thème de « L’aspect responsable de l’Intelligence Artificielle », animé par par M. Siegfried Usal, Vice-président, Stratégie, Recherche et Technologie, Thales Canada Inc. Cette conférence passionnante avait pour but d’entrevoir les futures utilisations de l’Intelligence Artificielle dans de nombreuses sphères professionnelles comme la défense ou la sécurité . M. Usal a, en effet, souligné le fait que nous sommes actuellement dans l’ère du partage des connaissances, élément crucial de l’IA et qui évolue à une vitesse si vertigineuse que la justice, par exemple, a du mal à suivre.

En effet, le partage et le traitement de données massives peut être nuisible pour l’être humain qui est indispensable mais qu'on peut cependant instrumentaliser à des fins commerciales, idéologiques ou politiques excessives. La technologie peut aussi nous échapper, car elle ne peut pas prendre en compte tous les facteurs spatio-temporels de l’Homme. Il est donc important de mettre des limites à ces technologies qui se doivent d’avancer avec le temps. Cependant, l’IA est pleine de promesses, notamment dans le domaine de la sécurité, de l’environnement, et de la mobilité. En effet, l’IA deviendra un outil crucial pour éviter, mais surtout prévénir, certains conflits ou phénomènes qui n’auraient pas pu être éviter sans. 

La journée s'est poursuivie avec l’atelier sur « Le rôle des accélérateurs et de l'open innovation dans l'attractivité des territoires : exemple de la French Tech Aix Marseille et de Bleu Blanc Tech Montréal », modéré par 

- M. Stéphane Ghio, Manager du pôle prospection Provence Promotion

Animé par

- Mme. Elsa Bruyère, co-fondatrice de Katapult

- M. Jean-Luc Chauvin, Président de la Chambre de Commerce et d'Industrie Marseille Provence et Président de Provence Promotion,

- M. Simon Leroux, Executive Vice-President, Partner de ROI Research on Investment 

- M. Julien Tougeron, Manager French Tech Montréal.

En effet, la région de Marseille-Aix est un axe extrêmement prometteur en terme d’innovation technologique. Grâce à son immense pôle universitaire, la région peut s’imposer comme un atout national et international majeur. La French Tech Aix Marseille porte l’étendard de ces formidables opportunités tant pour les petites structures que les grands groupes. Bleu Blanc Tech Montréal est le représentant de la French Tech dans la métropole montréalaise. Porteur de projets entrepreneuriaux entre le France et la métropole de Montréal, Bleu Blanc Tech a pour objectif de renforcer la coopération économique et commerciale entre nos deux pays en faisant rayonner le savoir-faire français à l’international.

Enfin, l’atelier sur « la Gouvernance, Éthique, et IA: Une réfléxion qui s'impose », modéré par le cabinet Langlois avocat a clôturé l’après-midi de la première journée de la Convention.

Me Pierre-Luc Desgagné, Associé Langlois avocats

Animé par: 

- M. Yves Bassat, Président, Clémex Technologies

M. Vincent Gauthier, Co-Fondateur Catallaxy

M. Xavier Lavallée, Directeur des opérations, Merinio 

M. Louis Roy, Associé, Raymond Chabot Grant Thornton.

L’atelier a commencé avec la définition de l’éthique en lien avec la question de l’Intelligence Artificielle. Puis abordé et souligné certaines pratiques dangereuses liées à l’IA : questions morales, intérêts divergeants, pertes de contrôle, l’emploi et la question des robots... Par exemple, certains robots pourront analyser des centaines de textes juridiques, tâches souvent confiées aux jeunes avocats pour se former. Il faut donc trouver une formation et des solutions alternatives. La machine peut-elle devenir juge et remplacer la morale et libre arbitre de l’être humain ? La discussion s’est ensuite tournée vers les possibilités pour éviter ces abus, comme notamment les blockchain publiques et les avantages de l’IA. 

 

 

 

Photos disponibles ici 

 

 

COMMANDITAIRES ARGENT

 

 

  

 

 

 

 

 

 COMMANDITAIRES BRONZE

 





 

COMMANDITAIRE EXPOSANT

  

 

 

COMMANDITAIRE PARTENAIRE 

 

 

 

 

NOS PARTENAIRES

 

 

 

 



 

  

 

 

 

 

 

PARTENAIRE MEDIA

 

EN COLLABORATION AVEC 

 

 

© 2018 CCI FRANCAISE AU CANADA